27 - 03 - 2017
     ACTUALITES Voir les actus...
puce LA NEIRA EN LIGNE !
Revoyez chez vous, tranquillement, quand vous le désirez, les images de la FETE DE LA NEIRA des Volcans d'Allègre qui a lieu à Allègre chaque année le 1er dimanche d'août... N'est-ce pas une idée sympa ? La Brebis Noire du Velay vous fait plein de bisoudoux ... comme sa laine et comme la tendreté de l'Agneau Noir du Velay ! www.brebis-noire-velay.org.

. . . . .

puce Potier à Sembadel
Vous pouvez suivre les flèchages qui vous mènent vers Marie et Michel Bérodot, Potiers à Sembadel-Bourg, entre Allègre et la Chaise-Dieu sans crainte d'être déçu ! Vous découvrirez un artisan inspiré qui crée des formes intemporelles, élégantes, raffinées. Michel et Marie vous expliqueront leur métier. Leur atelier est ouvert toute l'année : 04 71 00 92 80.

. . . . .

puce Les spécialités de La Neira.
Les spécialités de La Neira sont en vente directe : voyez le site "www. brebis-noire-gaec-combe-azou.org" les spécialités bouchères de la Bergerie des Astiers y sont en ligne. Régalez-vous des viandes et "Spécialités de La Neira : 06 85 63 72 74, 04 71 00 79 64 et 06 73 53 07 57.

. . . . .

puce Pâtisserie Chaussat à Allègre.
Pâtissiers à Allègre, presque en face de l'église, Eric et Marielle Chaussat vous proposent leurs gâteaux individuels ou familiaux, chocolats, viennoiseries, glaces, petits fours, pâtisseries salées. Le tout est fait maison. 04 71 00 70 44. Fermé le lundi sauf l'été.

. . . . .

patrimoine PATRIMOINE PAYSAN article 42 Articles diponibles
   
 Parsonniers. 4 sur 6.

Après les généralités, les règles et la composition des parsonneries, voici d'autres exemples c'établissements de telles communautés en Auvergne, en Velay et autour d'Allègre.

Souvent ces pariers communaux, parsonniers, ont laissé leur nom aux écarts que eux ou leurs ancêtres avaient défrichés, essartés, mis en culture. Domaines, parfois devenus hameaux, souvent à quelque distance (écart) d'un village, conservent le nom de ces hommes et femmes qui ont été d'authentiques pionniers à leur époque.

Bourgogne, Morvan, Berry, Nièvre, Thiernois, Auvergne et Velay, ont été les principales régions où se sont installées ces parsonneries, où se sont créés ces écarts.

Certains domaines, et pas les plus petits, sont "morts", d'autres se sont pérennisés. Les Garniers, non loin de Lissac en sont un bel exemple.

A Allègre, combien se sont demandés d'où vient le nom des "Valentins" dont il ne reste qu'une petite rue le long de la maison de retraite ?

Le document pdf. ci-contre vous le dit...

 parsonniers_partie_4_n.pdf
 Parsonniers. Partie 5 sur 6.

Un exemple de communauté de pariers domaniaux, la fréresche des Astiers.

Astier est un nom de famille répandu dans le quart sud-est de la France.
Selon les uns il serait d’origine germanique, et désigna un homme qui fabriquait des lances et autres armes pourvues d’un long manche, dites armes d’ast, ou en était armé et avait reçu ce surnom à connotation guerrière.
Plus probablement, Astier était un prénom issu du latin "aster" qui signifie étoile. Il avait été popularisé par l’ermite Astérius, fils d’une famille romaine, qui vécut dans une grotte du Périgord au VIe siècle, et qui a donné son nom à la petite ville de Saint-Astier dont les habitants se nomment les Astériens.
Asterius est devenu le prénom Astier, puis un nom comme cela est fréquent.

Au sein de cette fréresche vécut probablement un homme prénommé ou surnommé Astier (prénom). Son prénom est devenu le nom de la frérèche, celui du domaine.
Quand les hommes de cette époque parlaient d’eux, ils disaient " ceux d’Astier ", puis " les Astier ".
Enfin le prénom de cet ancien parsonnier est devenu le nom du domaine, celui du lieu, et, en référence à leur fréresche, on a continué à parler " des Astiers ".

Une fréresche est une communauté formée par des frères, fils, cousins, mais aussi d’autres têtes qui se sont jointes à eux.
C’est un groupe familial élargi, couvrant plusieurs générations et pouvant comprendre des membres hors famille. Il est constitué par accord tacite, pour exploiter en commun un domaine agricole.

Au Moyen Âge la fréresche permettait d'accueillir un ami dans la structure familiale et permettait d'hériter.
" C'est sous ce nom, maintenant, que, selon la coutume, on connaissait les capitaines : appellation des plus émouvantes, puisqu'elle réunissait les deux frères sous un même vocable, comme si désormais ils n'avaient fait qu'un " : Robert Merle.
" Les fréresches languedociennes étaient des sociétés purement tacites à l'origine, obtenues par la prolongation de la cohabitation de la fratrie après la mort du père " : Jérôme-Luther Viret.
Pons, Valentin, Pierre, Thomas et Johan. Ils furent cinq têtes de la communauté des Astiers, sur les pentes en amphithéâtre du flanc sud-ouest du volcan de Baury. Ils avaient défriché les terres qui remontent, au-delà de la Borne, de chaque côté de la Combe d’Azou et du coué d’tsabra, le cou de chèvre.

Pons, Valentin, Pierre, Thomas et Johan vivaient aux Astiers autour de 1381, en communauté appelée frèresche car ils appartenaient tous à la même famille, pères, frères, cousins, avec les mères, sœurs, cousines, et leurs enfants.

Aux Archives du département de la Haute-Loire un document leur redonne vie...

 parsonniers_partie_5.pdf
 Parsonniers. Partie 6 sur 6.

Pons, Valentin, Pierre, Thomas, Johan des Astiers.

Ils ont traversé les siècles. Jusqu'à nous. Ni nobles ni bourgeois. Roturiers, paysans. Leur communauté familiale solidement implantée en ce lieu qui allait conserver leur nom . Une des dernières communautés familiales encore soudées derrière un maître.

On disait " les Astiers " en causant de ces lieux, en patois d'Occitan, parce que, nus pieds ou en sabots, c’est là qu’ils avaient planté leur frèrèche. Les lieux qui ont conservé le nom de la communauté représentée par ces cinq hommes.

Leurs cinq noms sont inscrits dans le registre des lièves et tailles seigneuriales de la baronnie d'Alegre pour l'année 1381, aux Astiers, paroisse d'Alegre.


Source : AN. T 225-1. Registre papier, manuscrit de 1381. La taille était levée cette année-là pour financer la part d'impôts pour la défense armée contre les "routes" en Velay, Vivarais et Gévaudan, par les Etats d'Auvergne.

Bibliographie pour mieux comprendre ces communautés.

o Dictionnaire de l’ancienne langue française (…). Frédéric Godefroy. Edition de Paris. 1881, 1902.
o Fermiers à communauté taisible du Nivernais (…). Victor de Cheverry. Société d’économie sociale, t. V. Paris. 1885.
o De la fonction sociale des communautés taisibles de l'ancien droit. Paul Bastid. Tours. Imprimerie Paul Salmon. 1916.
o Les parsonniers vellaves. Albert Boudon-Lashermes. Bulletin philologique et historique. Réédité par l'association "Sur les pas d'Albert Boudon-Lashermes". 3 volumes.
o Au même pot et au même feu (…). Henriette Dussourd. Ed. Maisonneuve et Larose. 1979.
o Les parsonniers. Henri Bachelin. Ed. Guenegaud. 1981.
o Les Bons Dieux. Jean Anglade. Julliard. 1984.
o Les étoiles de Compostelle. Henri Vincenot. Ed. Denoël. 1987.
o Heredes, héritiers ou parsonniers ? Pierre Charbonnier. Bibliothèque de l’Ecole des Chartes. Vol. 148. N° 148-1. 1990.
o Robert Merle. Fortune de France. 1977-2003.
o Valeurs et pouvoir. Jérôme-Luther Viret. 2004.
o La vie quotidienne d'une communauté familiale agricole (…). Bertrand et Monique Darnault. Alice Lyner Editions. 2011.
o Le Maitre du pain. Lucy Achalme. Ed. Marivole. 2013.

 parsonniers_partie_6.pdf
  Les petites tueilles. Nouvel article.

Au début de cette rubrique vous avez un article général de 2010 sur les tueilles, ces petits abris mobiles du berger.

Voici de nouvelles images et de nouvelles tueilles.

Elles sont différentes d'une région à une autre et portent les noms vernaculaires des parlers locaux.

Bois, zinc, paille, joncs, les matériaux les plus variés, trouvés localement, servent aux bergers ou aux fermiers à les construire.

Il n'y a guère d'ateliers spécialisés dans la construction des tueilles de petite taille, sauf peut-être en Beauce et Perche, plus riches, aux domaines plus vastes. L'homogénéité des types de tueilles laisse penser qu'elles sont parfois œuvres de spécialistes.

Voyez ces petites tueilles dans le document pdf. ci-dessous. Merci de patienter le temps de l'ouverture.

Photo ci-contre : les deux premières tueilles construites par Pierrot Chabanne pour la fête de La Neira, à Allègre, le 1er dimanche d'août... Merci Pierrot !

 petites_tueilles.pdf
  Tueilles Degois et roulottes de berger.

Au seuil du XXe siècle, un homme trace les plans d'une tueille où on peut enfin se tenir debout, chauffer son repas, dormir à l'abri sans avoir à se contorsionner.

Une ou deux niches sont intégrées.

Les roulottes des peuples nomades européens, copiées et réduites aux dimensions d'un homme ou deux ont créé, de leur côté, une autre forme de tueille où on se tient debout et où on dort avec un minimum de confort.

Voilà où les bergers en étaient au seuil du XXe s... qui va leur apporter la clôture électrique et la mobylette, et rendre obsolète la nécessité de rester avec le troupeau.

Pour les estives de haute altitude, burons et mini chalets (orris) remplacent les grandes tueilles.

C'est le début de la fin des tueilles qui vont se recycler en fond de jardin ou dans les campings...

Pour en savoir plus, lisez le pdf. ci-dessous. Merci de patienter le temps de son ouverture...

 tueilles_degois_et_roulottes_de_berger.pdf

   1  2  3  4  5  6  7  8  9